• -Histoire des bonnets rouge

    -Histoire des bonnets rouge 

    En 1675, le roi de France Louis XIV, violant les libertés fiscales octroyées par l'Acte d'Union de de 1532, impose un nouvel impôt à la Bretagne dont la situation économique est déjà désastreuse à cause de la politique protectionniste de son ministre Colbert. Le peuple se soulève. En haute Bretagne ce sera surtout le fait des grandes villes, et on parle de la "révolte du Papier timbré"; en basse Bretagne ce sont les campagnes qui se soulèvent, et l'on parle de la "révolte des Bonnets rouges". C'était une révolte populaire et nationale: ils érigent un "Code paysan" qui dans son article premier réclame la liberté de la Bretagne.

    La répression sera atroce. Pour mieux humilier encore les Bretons, le roi de France fait abattre des clochers d'églises et fait confisquer les cloches "coupables d'avoir sonné le tocsin de la révolte". On a dit que la réponse des Bigoudènes à cela fut d'élever leur coiffe en signe de protestation, c'est joli, mais ce n'est qu'un mythe. Plusieurs légendes  se sont également greffées sur la personnalité du leader charismatique de ces révoltes, Sébastien Le Balp.

    C'est la coiffure traditionnelle des paysans qui a donné son nom à cette révolte (emsavadeg ar bonedoù ruz). La couleur des bonnets n'avait aucune valeur politique. C'était la couleur traditionnelle dans la plupart des terroirs, dans d'autres ils étaient bleus et l'on parle alors de la révolte des Bonnets bleus! Mais il est vrai qu'on avait également hissé aux tours des églises des drapeaux rouges en signe de révolte, ce serait la première utilisation sûre d'un tel drapeau dans un tel contexte.

    Le cri de guerre de cette révolte était Torr e benn! (casse lui la tête!) et servait même de signature.

    Le caractère populaire et national de cette révolte, sans compter l'attrait de la couleur rouge, a fait choisir l'emblème du bonnet rouge par les militants bretons de gauche. C'est par exemple le cas de la ligue bretonne fédéraliste dans l'entre-deux-guerres. Il permettait également d'être un pendant au bonnet phrygien, emblème de la Révolution française. Et tout comme on épingle une cocarde tricolore au bonnet phrygien, on fit de même au bonnet rouge breton et l'on y appose une cocarde noir et blanc.    

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :