• -Le pont du diable de l'île Saint-Cado

    -Le pont du diable de l'île Saint-Cado

    Le Valentré (XIVè siècle), enjambe le Lot à l'ouest, par le moyen de six arches qui supportent trois tours fortifiées. L'une d'elles ne fit achevée que grâce à un tour de passe-passe dont le diable fut la dupe. C'est un petit pont qui rejoint l'île Saint-Cado à la rive de l'estuaire de la rivière d'Etel. Saint-Cado fils d'un roi de Clarmorgan au pays de Galles, avait fondé un monastère où, selon Dom Lobineau, il nourrissait 100 clercs, 100 laïcs pauvres et 100 veuves chaque jour. Se trouvant trop honoré dans son monastère, Cado traversa le Channel et franchit la barre de la rivière. Il débarqua dans l'îli qui porte aujourd'hui son nom. Il conçut et réalisa le projet de relier l'île au rivage d'en face par un modeste pont. A peine construit, le pont fut détruit par les vagues d'une méchante tempête. Le brave Cado était découragé. Un vaillant diable vint lui proposer un marché. "Je construit le pont en un tournemain. En échange, tu me donnes l'âme du premier vivant qui le franchira". Marché conclu. Dès l'ouvrage du diable achevé, Cado lance un chat qui traverse d'une rive à l'autre. Le diable était joué!  

    -Le pont du diable de l'île Saint-Cado

       
     
    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :